Historique de la bibliothèque

Imprimer
PDF

Origine

C'est le 6 février 1842 que fut fondée la première bibliothèque publique d'Orbe. Selon Jules Ogiz, dans son livre Orbe à travers les siècles, 60 souscripteurs, dont 20 dames, "s'engageaient à payer annuellement au moins 2 francs de Suisse pour faire les premiers achats de livres. Ceux-ci furent d'abord placés dans une des salles du Collège, mais comme la surveillance en était assez difficile, on décida, en 1850, de les transporter dans une salle de l'Hôtel-de-Ville, où ils se trouvent encore aujourd'hui [en 1895]. Le nombre des volumes est actuellement d'environ 3'500 et s'accroît lentement par le produit des abonnements ou celui des ventes et concerts faits en faveur de la bibliothèque."
 
Au début des années septante, un texte retrouvé dans les archives de la bibliothèque décrit la situation :
"Un vrac de 6'000 livres à fourres fanées entassés au rez-de-chaussée exigu du petit musée de X [Orbe]. L'unique bibliothécaire reçoit son monde, 5 ou 6 clients obstinés par semaine, dans un local attenant, une vieille cuisine ornée de casseroles poussiéreuses où trône un vieux pupitre d'école."
 
La bibliothèque, gérée par une association dont le comité avait une moyenne d'âge autour de 70 ans, comptait une quinzaine de lecteurs, ouvrait une heure et demie par semaine et ne disposait pas d'un libre-accès.

1971 : refonte et mue

Une équipe, nettement rajeunie, de sept personnes provenant de divers milieux, décide donc en 1971 de reprendre l'association et de réorganiser la bibliothèque. Elle s'approche des autorités communales qui lui accordent un crédit annuel de 6'000 francs, auquel viendra s'ajouter une subvention cantonale du même montant, ainsi que divers dons d'organismes culturels et de privés. La bibliothèque peut ainsi emménager le 14 juin 1972 dans de nouveaux locaux. Ceux-ci permettent la création d'un libre-accès, dans lequel les ouvrages de l'ancienne bibliothèque peuvent prendre place, après avoir été triés, catalogués et classés.

En 1972 toujours, à l'occasion de l'année du livre instituée par l'UNESCO, la bibliothèque reçoit l'un des quatre prix Biblio-Suisse réservés à la Suisse romande et destinés aux bibliothèques en train de se réorganiser. Ce prix consiste en un don de 870 livres pour enfants, neufs et équipés, complété par une somme de 3'000 francs destinée à l'achat de livres pour les adultes (le montant total de ce prix s'élève à 15'000 francs).


La vie de la bibliothèque d'Orbe "nouvelle formule" démarre donc sous les meilleurs auspices. Entièrement gérée par des bénévoles, l'association se dote en 1974 de nouveaux statuts, et la bibliothèque reçoit une nouvelle appellation : la "Bibliothèque de la région d'Orbe" (BRO), entendant souligner ainsi qu'elle souhaite ne pas limiter ses services aux seuls Urbigènes. Et très rapidement en effet, elle compte parmi ses abonnés des habitants de la quasi-totalité des communes du district. De 1972 à 1976, le fonds s'enrichit de nouvelles collections (bandes dessinées, romans en langues allemande et anglaise), les heures d'ouverture hebdomadaire passent de huit à neuf, et le nombre de prêts par année s'élève jusqu'à 10'000.
Dès 1973, grâce à la collaboration active du Théâtre des Jeunes d'Orbe, la BRO propose aux enfants une heure du conte tous les quinze jours durant l'hiver.

Nouveaux locaux

En 1977, suite à la vente de l'immeuble où se trouvent ses locaux, la bibliothèque se voit contrainte de déménager. Les autorités en place décident alors d'octroyer à l'association la jouissance d'une partie du rez-de-chaussée d'un bâtiment communal érigé au 18e siècle et qui abrite déjà le Théâtre des Jeunes d'Orbe, ainsi qu'une école de danse : une sorte de centre culturel voit ainsi le jour à Orbe. L'aménagement des locaux est assuré par les finances de la commune. La BRO prend à sa charge l'agencement en bibliothèques et mobilier de base, grâce aux soutiens d'un fonds cantonal spécial destiné à la création, l'extension et à la transformation des bibliothèques, de Pro Juventute, de la Loterie Romande, des communes avoisinantes, de banques et d'entreprises de la place. Ce déménagement peut donc se passer sans trop de difficultés, nécessitant la fermeture de la bibliothèque pendant un mois seulement.

Ces nouveaux locaux sont plus vastes, permettant ainsi de réserver une salle entière à la section des enfants et une autre aux adultes, les responsables disposant désormais d'un bureau et d'un "atelier" pour les opérations de fourrage des livres et pour les réparations. De nouvelles catégories de livres font leur apparition, comme les bandes dessinées pour les adultes et les livres de science-fiction. Le système des étiquettes de différentes couleurs portant les cotes pour chaque catégorie de livres entre en vigueur. Le fonds s'accroît ainsi rapidement, passant de 7'974 livres en 1978 à 10'066 en 1981. Le nombre de prêts par année double entre 1977 et 1982, passant de 10'000 à 21'955 sorties enregistrées. Entre temps, la BRO a augmenté son temps d'ouverture à 11 heures hebdomadaires.

Informatisation

Durant toute cette période, les rapports présidentiels font chaque année état du problème du manque de place … jusqu'à ce qu'en 1982, le Conseil communal (législatif) vote un crédit pour la rénovation d'une salle supplémentaire et du couloir y attenant. L'équipement est de nouveau assuré grâce aux subventions exceptionnelles du Canton, de la Loterie Romande, de fonds privés et des réserves de l'association. Ces locaux agrandis sont disponibles en 1983 et permettent l'aménagement d'un coin de lecture et de travail dans une pièce entièrement réservée aux documentaires. La même année, un lecteur de microfiches de la Bibliothèque Cantonale et Universitaire de Lausanne prend place à la bibliothèque et un système de prêt des livres de cette institution est offert aux lecteurs urbigènes.
C'est ainsi qu'en 1986 le fonds de la BRO s'élève à 15'000 livres et le nombre de prêts annuels à plus de 25'000. Ce dernier chiffre se stabilisera autour de 20'000 unités par an dès le début des années nonante.

La fin de la décennie quatre-vingt voit en effet la période d'extension de la BRO marquer le pas. Afin de rationaliser les tâches, le comité songe dès 1986 à informatiser la bibliothèque. Il faut cependant attendre 1991 pour que ce projet voie le jour : cette année-là, la bibliothèque sollicite et obtient des autorités communales un crédit de 25'000 francs, destiné à l'achat du matériel informatique et d'un logiciel de gestion bibliothéconomique. Deux ordinateurs sont ainsi acquis au début de 1992. Le recatalogage des livres dans un fichier informatisé peut dès lors commencer.

Professionnalisation

...

siteweb